Istanbul, en argentique couleur

Et oui, encore des photos. 

Le temps file en ce moment, mais c’est surtout parce que je prends le temps, je ralentis, savoure plein de petites choses de la vie. En vrac ?

– Je change d’alimentation, je teste plein de recettes sans gluten, sans produits laitiers. (et non par par mode, je viens de “découvrir que c’est la mode” en libraire, sans rire…)

– Je marche. Non-plus utilitairement, pour me rendre d’un point A à un point B, mais juste pour savourer le soleil sur mon visage

– J’écoute avec attention tous les petits bonheurs de mes enfants, même si c’est la dixième fois qu’ils me racontent la même chose

– Je prends le temps de me poser en terrasse avec mon amoureux.

– Je retourne nager, en retrouvant avec bonheur la sensation d’être musclée.

– Je lis.

– J’ose. Chanter. Dessiner. Me lancer dans des projets.

Tout ça, c’était comme pour Istanbul, pour faire en sorte que le temps passe plus vite jusqu’à LA décision, celle qui va faire que j’ai un poste ou non en septembre. Maintenant je savoure juste parce que c’est bon. Parce que la vie est trop courte pour se la pourrir.

Si vous voulez lire d’autres personnes qui ralentissent, filez sur les blogs de Mathurine et la Chou-Fleur les lire pourraient être contés au-dessus dans ma liste.

 

Mais revenons à Istanbul. Après 8 jours, un jour avant mon retour vers la France, il s’est mis à tomber des tonnes de neige. 20 mètres 20 centimètres (on sent le sang provençal qui coule dans mes veines !) sont tombés en une nuit. Au réveil tout Istanbul était sous la neige, les chiens étaient tout fous, ils s’amusaient tels des enfants bienheureux de courir sous les flocons. Les gens étaient étonnés, avançaient doucement un pied devant l’autre. Dans une ruelle, alors que je m’aventurais pour descendre un escalier et hésitait longuement un passant m’a gentiment la main pour m’aider à assurer mes pas. Avec mon amie Marie-Christine nous avons multiplié les pauses çai, baklava, histoire de nous réchauffer et de contempler Istanbul sous la neige. En voici un aperçu :

(Encore une fois un grand  grand merci à mon développeur/scanneur personnel qui lui est ravi de partager sa passion)

img528 img530 img527 img525 img524 img521 img520 img519 img518 img517 img516 img515 img514 img504 img505 img507 img508 img509 img502 img503 img501 img500 img499 img497 img498

 

Advertisements

8 thoughts on “Istanbul, en argentique couleur

  1. C’est super beau! J’adore des fois ce côté un peu flou, indéfini. On sent le grand silence qu’apporte la neige. Et puis il y a ces touches de couleur qui ressortent et animent l’image.

    Que vas-tu faire de tout ça?

    Et bien contente que l’attente d’une réponse concernant ton futur poste ne t’empêche pas de profiter au mieux de la vie.

    Sincèrement bien contente et merci de nous faire partager tout ça de ta vie qui nous porte en avant.

    Brigitte

    • Merci, oui c’est tout à fait ça. Pour la petite histoire j’ai compté chaque photo pendant 8 jours. Prenant un temps fou à cadrer, composer, prendre mes mesures. Puis l’avant-dernier la neige est tombée à gros flocons, j’ai fini mes dernières photos en noir et blanc. Et considéré décharger/charger mon appareil photo avec la pellicule couleur que Seb m’avait refourguée en me disant “on ne sait jamais“. Grâce à FB et un guidage télécommandé depuis la France, j’ai pu décharger/charger le truc que j’ai juste fait des centaines de fois auparavant avec mon boitier argentique et c’était reparti pour une journée magique, boitier à la main… Où tout était prétexte, ces tâches de couleurs, l’air étonné des gens, les animaux…
      Et oui, mieux vaut transformer le négatif en positif, sinon il nous éteint.

  2. J’aime beaucoup tes photos d’Istanbul !!!
    Je mange aussi sans gluten et sans laitages depuis septembre, ce n’est pas facile au début car il faut plus cuisiner mais je m’y suis faite, j’ai repris récemment les laitages car j’aime trop le fromage, par contre le gluten ne me manque pas, au contraire je suis plutôt dégoûtée maintenant, et mon mari aussi ( lui mange avec et sans, mais ça change la façon de manger… En mieux !!).
    Bonne journée à toi !

    • Merci Cocotte ! Oui il faut plus cuisiner mais maintenant il existe tant de recettes ! Il y a 7 ans j’avais déjà mangé sans gluten, sans plv et c’était plus compliqué car un bon nombre d’ingrédients “aidants” n’existaient pas encore sur le marché français : arrow-root, crème kokkoh. Là franchement je me régale et ça fait une différence notoire 🙂 On peut continuer par mail si tu veux !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s