Musée d’art moderne, Istanbul

Je vais toujours dans les musées d’art moderne, et parfois, j’ai de bonnes surprises, “textilement” parlant.

D’une manière générale, tout pièce d’art élaborée à partir d’éléments textiles m’intéresse. Car j’aime deviner le point de départ, imaginer le processus, l’intention de l’artiste… c’est vraiment quelque chose qui me passionne.

A Istanbul, notre deuxième jour sur place, alors qu’il neigeait encore nous sommes allées voir le musée d’art moderne, sans a-priori particulier.

Or nous avons été très agréablement surprises, notamment par le nombre important d’oeuvres “de fil”.

Je vous fais une petite visite guidée ? – désolée pour la qualité des photos, elles sont faites au téléphone… (c’est le mal, je sais, mais niveau encombrement c’est mieux que le réflex !)

Nous commençons avec mon tableau chouchou, celui que j’ai mitraillé sous tous les angles, et surtout beaucoup admiré. 

Sunset at Ispahan, Ghada Amer.

artiste née en Egypte puis élevée en France, elle a fait ses études à la fois en France et aux Etats-Unis. Elle habite maintenant à New York. Elle utilise à la fois le fil et l’acrylique. Les questions relatives à la place de l’Occident et de l’Orient orientent son travail, ainsi que le masculin et le féminin.

Je n’avais jamais entendu d’elle auparavant et je suis ravie d’avoir découvert son travail.

20150211_120246 Resized 20150211_120312 Resized 20150211_120224 Resized 20150211_120211 Resized

Sabire Susuz

est une artiste turque installée à Izmir (Smyrne, pour les français). Elle a longtemps travaillé la sérigraphie avant de changer de direction et de s’intéresser à une technique de collage appliquée au textile. Elle qui a étudié la biologie à l’université apparente ça à l’infinité des cellules qui forment le corps humain. Au-delà de l’aspect technique elle mène une réflexion sur le prêt à porter et le phénomène de mode : les vêtements sont achetés souvent pour la marque et le prestige de celle-ci plus que pour la qualité intrinsèque de celui-ci, dans un phénomène d’identification à une image. Le fait d’attacher les étiquettes par des épingles, que l’on peut enlever facilement, souhaite montrer le caractère factice de cette identité qui ne repose que sur une étiquette.

20150211_121055 Resized 20150211_121103 Resized 20150211_121119 Resized

Sterling Ruby,

artiste américain habitant à Los Angeles compose des tableaux à partir d’éléments textiles sur un médium paint. Ici des morceaux de tapis mexicains, des serviettes et des slips ont été utilisés. 

C’est le travail qui m’a le moins touchée.

20150211_120629 Resized 20150211_120640 Resized 20150211_120645 Resized

Ebru Uygun

est une plasticienne turque ayant étudié en Angleterre. Elle utilise différents éléments dans ses créations, dont des fils métalliques comme ici. Lorsqu’elle travaille, elle enregistre le son que font les éléments qu’elle assemble. Et propose son travail dans l’environnement où il a été créé, avec les traces qui en résultent. 

Ce qui m’a beaucoup dans cette oeuvre c’est toutes les perspective qu’elle offrait. Selon l’endroit où on se plaçait pour la regarder les fils renvoyaient la lumière de manière différente ce qui donne un caractère très vivant, chaud, à l’oeuvre.

20150211_115235 Resized

Advertisements

4 thoughts on “Musée d’art moderne, Istanbul

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s