L’interview du dimanche : Lilas Lace

Collier25

Aujourd’hui je vais commencer une nouvelle rubrique, un dimanche tous les quinze jours : l’interview d’un créateur, d’une créatrice. Pour changer d’horizon, pour connaître davantage le processus de création, et sur différents supports textiles.

La première qui a eu la gentillesse de s’y prêter fut Lila, de Lilas Lace créatrice de Haute-Normandie, que j’ai rencontré à l’occasion du Marché de Noël du Café Couture.

Comment as-tu découvert la frivolité ?

Je voulais découvrir la dentelle, mon mari m’a offert un livre sur la frivolité (celui de Pascale Provost). Il était un peu ardu mais m’a donné envie de persévérer et grâce à des aller-retours entre internet et ce livre j’ai fini par acquérir la technique. Cela fait 6 ans maintenant que je fis de la frivolité.

Qu’est-ce qui fait que cette technique t’a particulièrement plu ?

C’est un type de dentelle, un jeu de fil effectué à la navette, les autres étant effectuées à l’aiguille, à la main, au crochet, aux fuseaux.

BODemi

Qu’est-ce que la frivolité ?

La frivolité est une dentelle « nouée  composée de double nœuds et de picots. 

La frivolité date du Moyen-Age mais c’est vraiment aux XVIIème et aux XVIIIème siècles qu’elle connût son essor, notamment dans les « salons ».

La reine Marie d’Angleterre, Madame de Pompadour, Madame Adélaïde faisaient de la frivolité. Joséphine de Beauharnais popularisa même un point connu sous le nom de point de nœud Joséphine.

La navette servait à montrer son rang social par sa composition et son ornementation : en ivoire, en corne, ornées de pierres précieuses. Par ailleurs le temps de création en frivolité est tellement long qu’il est de fait pratiquement réservé aux aristocrates. Contrairement à la dentelle aux fuseaux qui est beaucoup plus rapide à effectuer et se prêtait mieux à la commercialisation.

A Versailles il est possible d’apercevoir des peintures où les dames s’adonnent à la frivolité.

Depuis 30 ans la frivolité revient à la mode surtout dans les pays anglo-saxons (où elle s’appelle tatting) et internet depuis quelques années a considérablement accentué le mouvement.

Depuis combien de temps créés tu tes modèles ? Comment procèdes tu ? Quelles sont tes sources d’inspiration ?

J’ai eu envie assez rapidement de créer mes modèles cependant créer des modèles qui se “tiennent”est complexe. Je pars généralement d’une forme, d’un dessin à l’échelle et je tâtonne ensuite. Parfois il faut faire beaucoup d’essais, d’erreurs avant que la création ne soit réussie, parfois j’ai exactement ce que je veux du premier coup.

Néanmoins il est difficile de savoir à l’avance ce qui va plaire.

Dans quel environnement travailles-tu ?

Je travaille chez moi, avec la radio allumée.

Quels sont les artistes qui t’inspirent ? En frivolité ou dans d’autres arts ?

Ce n’est pas forcément la frivolité qui m’inspire. J’aime aller regarder le travail d’autres artistes textiles sur les blogs, sur Pinterest. En frivolité, il y a peu de choses et même si c’est intéressant de voir comment d’autres modèles sont construits j’essaie de me préserver de trop d’influences pour arriver à établir mon propre style personnel.

Combien de temps mets-tu pour faire une boucle d’oreille ? Un collier ?

Pour une paire de taille moyenne, je mets au minimum une heure, au maximum deux heures.

Je passe environ quatre heures sur un bracelet.

Qu’est-ce que tu préfères créer ? Quelles sont les créations que tu aimes le plus ?

J’aime vraiment créer des colliers mais ce n’est pas ce qui se vend le plus. Imaginer des modèles est également très plaisants.

Je rêverai de faire de grands mouchoirs, avec de larges bords en frivolité.

Qu’est-ce que tu souhaiterais par rapport à ton activité ?

Je vais essayer de créer pour le marché du mariage. Les jeunes mariées ont souvent du mal à trouver des parures de tête, des accessoires pour cheveux, c’est un marché qui me plairait d’explorer.

Je vais également continuer de créer des bijoux en métal avec la technique de la dentelle aux fuseaux, c’est une technique qui me plaît beaucoup et ces créations sont très appréciées. J’aime beaucoup l’aspect très contemporain des créations en métal.

FondAPaveCuivre

Sur son site Lilas vous montre davantage de photos et vous pourrez en apprendre davantage sur sa technique. Si vous désirez commander, discuter d’une création avec Lila, vous pouvez la contacter sur FB, sur son site ou par mail. Elle donne également des cours de frivolité pour toutes celles qui rêvent de maîtriser la technique.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s