Arbre de vie – Broderie Party – Kantha

Aucun rapport entre les trois, c’est juste que j’ai vu les deux lors de la même journée.

La journée qui avait commencé à l’Hôtel de ville, puis au Mahj, s’est continuée à la galerie d’expositions des Artisans d’Art.

Yael m’a envoyé là-bas en me montrant les photos d’une exposition terminée depuis peu Broderie Party. Il y avait encore quelques oeuvres textiles qui rejoignait la mouvance récente de broder des organes, ou des parties du corps en jouant sur le bleu, le rouge.

Comme par exemple Mireille Vautier, qui a choisi le sac plastique comme médium. 

Par le catalogue que l’on m’a gentiment donné j’ai pu alors faire des visites virtuelles d’artistes vraiment inspirantes comme Emmanuelle Dupont, dont les Chimères sont sublimes.

Comment ne peut-on pas reconnaître que l’art textile est un art à part entière en les regardant  ?

Fanny Viollet détourne elle des objets de la vie quotidienne, mouchoirs ramassés, sur lesquels elle écrit leur histoire, cartes postales qu’elle orne de broderie. Son site est un enchantement pour les yeux, je vous invite à le découvrir.

 

Je suis ensuite à l’exposition sur l’Arbre de vie, au collège des Bernardins. 

L’Arbre de vie, c’est un thème qui me touche, m’inspire, le risque était grand et, effectivement les oeuvres d’art présentées m’ont peu parlé.  

A part ces deux pièces ci-dessous, toutes les deux dans la Sacristie, l’une faite de mousses, que je trouve très intéressante, par sa texture, sa composition d’Emilie Benoist.

Image

Et celle-ci, Météorite, de Clémence Seilles, une sculpture qui se berçait, au grès des mouvements donnés par les visiteurs, et dont les reflets des couleurs, la carrure avait un côté hypnotique.

Image

 

En chemin pour la fondation Mona Bismarck (expo Quilt Art), passant devant le musée Guimet je me suis dit que j’allais y faire un saut. Le Musée Guimet possède une galerie, constituée principalement par la donation Riboud, de textiles asiatiques. Ceux-ci, en raison de leur fragilité, tournent régulièrement, aussi c’est toujours une bonne surprise de venir voir ce qui est exposé. dans cette galerie au premier étage. Ci-dessous, voici des textiles indiens, du Rajashtan.

Cette technique peut être appliquée de deux manières. Pour “recycler” des tissus de la vie courante, notamment des saris  (dont je me suis inspirée il y a deux ans pour faire un plaid , et que l’on voit de plus en plus chez les créateurs) et pour créer des motifs sur des tentures. Dans le premier cas, il s’agit de quilt dans le sens où trois couches de tissus sont maintenus ensemble, dans le second, c’est un point ornemental, beaucoup plus fin et où l’on peut utiliser plusieurs couleurs. Si vous voulez voir des plaids anciens, pas très onéreux à l’achat, vous pouvez rendre visite à Voyageurs du Monde, rue Saint Anne. Mélissa de Valéra, la créatrice de Takla Makan, utilise également cette technique dans les vêtements qu’elle créée à Pondicherry.

.ImageImage

 

J’ai terminé ma journée avec une visite rapide de l’exposition de Patchwork, c’était intéressant pour moi qui n’en avait jamais vu d’historiques, d’américains. Néanmoins, il y en avait peu, j’aurai aimé avoir davantage d’explications, ou d’histoire personnelles liées au patch, ou au “quilt” comme il est appelé outre-Atlantique.

Si vous êtes arrivés jusque là, vous êtes bien courageux, et je vous en remercie. A très bientôt !

Advertisements

2 thoughts on “Arbre de vie – Broderie Party – Kantha

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s